Xavier Joseph Theurillat

Transit hora, Lux permanet

Confronté à une idée de son père qui, sans s’en rendre compte, représentait le « mouvement perpétuel »,  Xavier J. Theurillat en détecte l’impossibilité et comprend très vite  l’importance de l’acquisition de connaissances approfondies dans les domaines des mathématiques et de la physique.

Conscient de ses lacunes, il s’attaque alors, avec une persévérance méticuleuse et à côté de son travail de 10 heures par jour, à l’apprentissage des mathématiques avec les livres de l’Abbé Moreux ; puis viendront la mécanique, la physique, la chimie et autres sciences de l’ingénierie présentées par le même auteur. Il passe même sa première semaine de vacances à résoudre une soixantaine d’intégrales, demandant de prendre les repas dans sa chambre pour ne pas perdre sa concentration.

 

 

 

Xavier J. Theurillat résout les 62 intégrales sur du papier de ... toilettes. Ce sont les années 30 ; les temps sont difficiles !

XJT Autodidacte

Sa soif de connaissances et d’inventer l’amène à s’intéresser à de nombreuses activités à côté de l’horlogerie et à approfondir les connaissances requises dans les domaines aussi divers que les échecs, l’astronomie, la gnomonique, le piano, ou l’écriture d’un roman policier.

En 1979, soit à 73 ans, après avoir calculé jusque-là plusieurs méridiennes avec une table de logarithmes à 7 décimales, ce qui lui prend des mois de travail, il apprend à programmer une calculatrice programmable de "Textronix ". Pour cela, il s'isole complétement et, après un mois d'étude, il annonce tout fier qu'il maîtrise la machine et qu'il peut imprimer ses résultats sur une imprimante, achetée peu de temps auparavant.

livres 1    livres 2    livres 3 livres 4  
French
XJT accueil.jpg